Président de l'US Bondues, puis du FC Bondues depuis 2003, succédant à Philippe Leclercq, notre 1er portrait du mois n'est autre que Marc Herbaux 
Interview réalisée le vendredi 27/10/2017

Bonsoir Marc, 
*Peux tu nous parler de ton parcours professionnel, de nous en donner les contours ? 
- j'ai commencé comme pâtissier, apprentissage en pâtisserie. Au bout de 2 ans, j'ai eu mon CAP. Je suis ensuite parti à l'armée. Je suis rentré et me suis marié l'année suivante. 
On s'est installé Avec Nathalie pendant 10 ans à Tourcoing, rue du blanc seau en tant que boulangerie-pâtisserie. On l'a bien fait évoluer, comme elle était au top, on l'a vendu. 
J'ai repris la succession de mes parents dans le fromage sur les marchés. 
Et aujourd'hui, j'ai ouvert depuis le 10 décembre 2016 l'ami fromager. 
Fromager sur la place de bondues, un concept de fromagerie, bar à fromages, épicerie fine.
l ami fromager *Après l'aspect professionnel, venons en à ton club et ta ville de cœur. Racontes nous ton parcours sportif au sein de l'US Bondues puis du FC Bondues ? - j'ai commencé à 7 ans au sein de La Croix Blanche. En cadet (u17), l'USB est venu me chercher. J'ai jamais bouger depuis sauf une saison de transition à bousbecque. À 18 ans je jouais en équipe 1ère à l'époque de Michel Destombes, Avec Patrick Varin qui est à mes côtés dans le bureau. J'ai joué jusqu'à environ 35 ans, j'étais déjà dans le bureau à l'époque, j'étais vice-président. Philippe Leclercq voulant arrêter, personne ne souhaitant prendre sa place, alors nous avons fait un binôme durant une saison. L'année suivante il m'a laissé les rênes du club. J'ai démarré sous les chapeaux de roue avec 7 tours en coupe de France, une victoire en coupe Henri Hiltl cette année-là. Aujourd'hui nos seniors sont en ligue, presque tous nos jeunes sont en ligue. J'ai eu la chance pendant ma présidence de rencontrer quelqu'un comme Arnaud Branswyck, qui a fait beaucoup évolué le club, il n'est pas le seul mais c'est une personne très importante. Beaucoup de mouvallois l'ont suivi et tous de qualité et ça c'est très bien.
* comment tu évalues le virage entre l'USB et le FCB ? - La 1ère année de la fusion a été très difficile. C'était compliqué Avec des gens qui n'ont pas la même vision du football que nous. Ils ont vite compris, puis ils se sont évincés un à la fois. Malheureusement car il y a des gens de qualité. Aujourd'hui, nous avons un club connu, reconnu et c'est ce qui importe.
* Marco 55 ans récemment, jeune président, encore de belles années donc ? - je serais prêt à passer la main

Interview Réalisée par Ludo Lepoutre